Case-study

La création d'une application pour les centres équestre

Se servir de nous-même pour trouver un projet.

L’envie de créer un projet répondant à une problématique qui nous entoure peut paraître facile à amorcer. En réalité, cela est plus complexe que ce qui n’y paraît.

Afin de trouver différentes problématiques à aborder, je me suis posée une simple question. Marie, dans ta vie de tous les jours, quels sont les problèmes que tu rencontres ?

Tout d’abord, j’ai pensé à l’organisation des travaux pour les cours ou trouver quel repas faire le soir, planifier une journée pour avoir une meilleure hygiène de vie, trouver des exercices faciles à faire chez soi pour tonifier son corps, etc...

Ensuite, je me suis demandée pourquoi je me contente des pseudo-problèmes que je me crée chez moi alors qu’ils peuvent venir d’ailleurs et qu’ils ont des répercussions sur moi. J’ai donc pensé aux différents aspects de ma vie qui m'échappent et que je ne peux pas vraiment contrôler. Par exemple, la livraison de mes colis. Je décide de me faire livrer, où je me fais livrer mais si l’expéditeur décide de prendre 2 semaines pour me l’envoyer, je ne peux rien y faire.

A partir de là, j’ai étendu ma réflexion et je me suis retrouvée à réfléchir aux problèmes que je rencontre dans mon centre équestre. Depuis la pandémie du Covid-19, les paiements dans mon centre sont compliqués. Entre les retards, les oublis, les remboursements et d’autres problématiques, je me suis dit que c’était une piste pour mon projet.

Aller directement voir les interessés.

Le meilleur moyen de récolter des informations pour savoir si ma problématique existe réellement ou si je me fais des idées est de créer un sondage en envoyant un message à des gérants de centres équestres directement.

La manière la plus simple pour contacter un maximum de centre équestre est d’aller sur le site de la LEWB (Ligue Equestre Wallonie-Bruxelles) et d’aller dans leur base de donnée des centres équestres pour chercher les adresses e-mail. Il m’a fallu beaucoup de temps (environ 4 heures) pour faire un listing des 500 centres équestres wallons afin de leur envoyer un e-mail leur expliquant mon projet et leur demandant de répondre à mon sondage.

Après une semaine, je vais voir les résultats et j’ai pu constater que moins de 10% des centres ont participé à mon sondage. Néanmoins, il m’a tout de même permis de comprendre que je prenais le mauvais chemin. Les centres équestres avec une activités plus professionnelles utilisent des logiciels de gestion complet et ne sont pas interessé par mon alternative, les centres ayant une activité modeste n’ont pas besoin de ma solution car ils ont une fréquentation minimale et uniquement les centres équestres de taille moyenne et qui ne se sont pas lancé dans les logiciels de gestions peuvent trouver mon idée de créer une application facilitant les envois d’e-mail pour les retards et la consultation des soldes à tout moment intéressante.

Cependant, j’ai laissé une section où les gérants pouvaient me donner leurs commentaires et un autre problème est survenu. La gestion des inscriptions aux stages et la vérification des présences réelles aux cours peuvent se voir améliorées car elles sont parfois laborieuses et chronophages.

Mes utilisateurs cibles m’ont donc permis de comprendre que je n’avais pas mis le doigt sur le bon problème et ils m’ont donné une autre idée, servie sur un plateau d’argent.

Changer de direction dans son projet, pivoter.

Mon projet, initialement basé sur l’automatisation des envois de factures et l’optimisation de la gestion des paiements, a complètement changé de visage. Je me suis creusée la tête et j’ai décidé de partir sur une fonctionnalité simple dans un premier temps: les inscriptions aux stages.

Sur une même application, les gérants de centre équestre peuvent créer des stages en indiquant le niveau requis des cavaliers et les cavaliers qui ont le niveau nécessaire peuvent s’inscrire directement via l’application.

Pour rentrer dans les détails, j’ai pensé à un système de code lié à chaque centre équestre que les cavaliers doivent avoir afin de se lier à leur centre et ces derniers doivent accepter leurs cavaliers afin d’éviter les intrusions. Ensuite, les gérants et les moniteurs peuvent accorder un niveau aux cavaliers pour qu’ils puissent s’inscrire aux stages qui leur correspondent.

Néanmoins, avoir une nouvelle idée de projet c’est bien mais la faire valider c’est mieux ! Sachant que les gérants m’ont proposé cette idée, je la considère comme validée pour eux et je demande donc à des cavaliers ce qu’ils en pensent et le résultat est sans équivoque… C’est une très bonne idée !

Les dires que j’ai pu rapporter se mettent d’accord sur un point: avoir une confirmation pour un stage peut prendre plusieurs jours ou plusieurs semaines ce qui est stressant pour les cavaliers. Ils n’en veulent pas aux gérants de leur centre, ils sont au courant qu’un centre équestre est un travail à plein temps.

Créer un MVP, tester et améliorer.

Afin de pouvoir tester la viabilité de mon projet, j’ai décidé de créer mon MVP (Minimal Viable Product) sur Figma où il y a ma fonctionnalité principale pour les gérants et pour les cavaliers.

Pour les gérants, ils ont la possibilité de créer un stage où ils indiquent les informations nécessaires comme les dates, les horaires, le prix, le niveau des cavaliers et surtout le nombre de places disponibles. Une fois cela fait, ils peuvent également le supprimer et changer des informations.

Les cavaliers, eux, peuvent consulter les stages qui correspondent à leur niveau et ils y retrouvent toutes les informations ainsi que le nombre de places restantes et surtout, ils peuvent s’inscrire directement et les places restantes sont mises à jour. Évidemment, ils peuvent se désinscrire aussi en quelques clics et dans tous les cas, la confirmation est immédiate et tout le système est mis à jour.

C’est bien joli de créer un MVP mais il faut le tester en conditions réelles. J’ai la chance d’avoir des cavaliers dans mes cours qui sont très sympathiques et qui se sont portés volontaires pour tester mon prototype. Ce que j’ai pu remarquer, c’est que mon UX (expérience utilisateur) n’est pas toujours optimale et que mon produit n’est pas complet comme il est présenté là. C’est normal qu’il n’est pas complet, évidemment, vu qu’il ne me sert qu’à vérifier une hypothèse mais mon UX peut et doit être amélioré.

Dans mon centre équestre, j’ai aussi pu tester mes deux gérants qui m’ont appris que la base est bonne mais avoir une application uniquement pour gérer les inscriptions aux stages, c’est peu et ça devient intéressant seulement si d’autres fonctionnalités sont apportées pour le produit final. C’est dans mon intérêt de voir au-delà de mon MVP et même si j’y ai pensé, je n’en ai pas encore parlé vu que c’est une étape ultérieure.

Avant de m’avancer plus, je dois améliorer mon MVP de base qui sert uniquement à tester la fonctionnalité de créer des stages pour les gérants et s’inscrire aux stages pour les cavaliers. Je repense donc mes couleurs, ma disposition d’information, les informations nécessaires, …

Une fois le MVP repensé, j’ai demandé à mes utilisateurs cavaliers de tester le nouveau prototype et ils l’ont nettement préféré même si il n’est pas encore parfait.

Confirmer, tester autrement.

Afin de tester mon MVP dans des situations plus variées que celles de mes testeurs, j’ai pensé à plusieurs User Journey (l’expérience utilisateur d’une journée imaginée par mes soins) en variant l’âge, le sexe, les niveaux, les moyens des utilisateurs afin de déceler les autres problèmes qui peuvent être rencontrés et qui n’ont pas encore été corrigés.

J’ai rencontré un problème avec la connexion internet de mes utilisateurs en priorité et ensuite, pour les gérants de centre équestres, il manque la possibilité d’ajouter d’autre information ou limiter les stages à “une tranche de niveau” comme par exemple de débutant à intermédiaire pour éviter que les avancés ne viennent dans ce stages. Ensuite, sélectionner les moniteurs présents dans les stages semble important et faire un horaire des journées de stages comme l’heure du repas, l’heure des cours, l’heure de temps libre, …

Avancer, réfléchir, aller plus loin.

Faire un MVP est une étape importante pour commencer un projet mais il ne s’arrête pas là. Penser au futur du projet et, du coup, aux autres fonctionnalités fait partie intégrante de ma réflexion.

La première étape est de corriger une fois encore le MVP pour ajouter les moniteurs et la tranche de niveau pour les gérants. Ensuite, pour les cavaliers, ajouter le système pour avoir tous les membres de la famille sur un même compte.

Ensuite, l’intégration d’un calendrier se voit nécessaire pour tous les membres avec différentes interactions en fonction du statut dans le centre.

Après, il faut intégrer l’application pour les moniteurs afin de gérer, par la suite, les présences aux cours et la possibilité d’annuler un cours en quelques clics.

Apprendre et grandir.

Durant ce projet, ça a été difficile de penser autrement. L’approche Lean StartUp est une façon de travailler que je ne connaissais pas et qui m’a été dure mais satisfaisante à apprendre.

Je trouve que l’approche est plus justifiée, se poser les bonnes questions, tester et ajuster le projet en fonction des utilisateurs est une approche humaine tandis que les projets qui naissent sans la consultation des utilisateurs sont égoïstes à mes yeux et je trouve que cela n’apporte rien de bon.

Réaliser des tests utilisateurs n’est pas mon point fort mais j’ai appris à les faire et à les apprécier à leur juste valeur. Parfois, cela est frustrant parce que je n’ai pas pensé à des choses évidentes ou je réalise que ma vision des choses est mauvaise mais finalement, après avoir pris du recul, on en apprend beaucoup et notre vision s’éclaircit.

Finalement, j’ai été surprise de voir à quel point c’était complexe, en début de projet, de trouver le sujet sur lequel travailler. Ensuite, j’ai été surprise de constater que trouver une idée à exploiter n’était pas si difficile. Il suffit qu’on se fasse confiance et qu’on se prenne comme sujet principal parce que nous nous connaissons parfaitement et que nous sommes, nous aussi, des utilisateurs ayant besoin d’être aidés.